pea-bf.orgLa Bibliothèque Numérique du Programme Eau et Assainissement
au Burkina Faso (BN-P.E.A)


...en cours de construction.
Ouagadougou, le le 23 septembre 2019
Les infos - Les axes - L'équipe - Les activités - La bibliothèque numérique - Le SI-AEPA - Le SI-QNL - Le webmail

outil
explorer


par
auteur


par
pays


par
type


par
émetteur


par
année


les plus
consultés

les
nouveautés
outil
extraire
outil
trouver

Comment amener et distribuer de l'eau dans les zones périurbainesdéfavorisées et les bidonvilles

() - - WikiWater
Page numérisée (4/14)
(conversion O.C.R avec Xpdf)
O.C.R qualité
page





retour à liste des résultats

pdf format

image format
plus grand


e l'eau dans les zones périurbaines défavorisées et les bidonvilles ? Rôle spécifique des petits opé problèmes au profit d'autres activités plus simples ou plus prestigieuses.

· parfois aussi d'un manque d'ardeur des sociétés de distribution d'eau locales qui préfèrent investir dans des quartiers plus solvables ou rentables ou qui hésitent à investir sans le consentement ou la participation financière des autorités de tutelle qui leur ont délégué la gestion du service 4) Pourquoi les réseaux de distribution publique d'eau n'arrivent ils pas souvent jusqu'aux quartiers periurbains ou aux bidonvilles ? Créer ou étendre un réseau d'eau, comme d'assainissement d'ailleurs, dans des quartiers défavorisés la population croît de plus très rapidement et nécessite de fréquentes extensions, n'est souvent pas une tâche facile.

Tout d'abord il existe le plus souvent de sérieuses difficultés ou contraintes techniques dues à la topographie et aux caractéristiques géographiques des lieux, au manque de voiries, à l'imbroglio des ruelles et des habitations, aux passages sinueux et étroits, à la limitation de l'espace public accessible pour la pose de canalisations, à de fortes pentes ou collines comme dans les favelas escarpées de rio de janeiro ou de port au prince, ou encore à de très fortes densités d'habitat.

Ensuite, ces quartiers sont souvent considérés illégaux par les autorités.

Les habitants n'ayant pas de titres de propriété foncière, le gouvernement ou la municipalité ne veulent le plus souvent surtout pas : · que l'arrivée d'eau ou d'électricité puisse être considérée comme une reconnaissance plus ou moins tacite du droit d'habiter .

· ni reconnaître le droit de leurs habitants , malgré la promulgation récente par l'ag des nations unies en 2011 du droit à l'eau, au bénéfice d'un service public, de peur notamment d'y attirer encore davantage de personnes et de ne plus pouvoir les en faire sortir si nécessaire par exemple à l'occasion d'une opération de restructuration ou de construction immobilière.

De leur côté, les entreprises privées délégataires ne souhaitent pas avoir de rapports conflictuels avec les autorités municipales de tutelle et redoutent en plus la destruction des infrastructures qu'elles auraient réalisées en cas d'une éventuelle expropriation.

[http://www.

wikiwater.fr/IMG/UserFiles/Images/art 52 2.jpg] Bidonville périurbain à São Paulo (Brésil).

Source : Wikipédia.[http://www.wikiwater.fr/IMG/UserFiles/Images/_zoom.gif] Elles considèrent donc généralement comme particulièrement risqués les investissements dans des quartiers défavorisés de caractère informel, anarchique et non planifié, et à fortiori dans des zones de bidonvilles, surtout si la municipalité ne veut faire de son côté aucun effort financier.

En outre, comme le prix de l'eau doit être adapté aux Copyright © Wikiwater Page 4/14


aide plan du site FAQ conditions d'utilisations